Jumelage Ganshoren Rusatira
Het maandblad Jumelage nr 9 van zijn 30ste jaar

september 2015

woensdag 23 september 2015 door Webcomité

„sorry, dit artikel is niet vertaald; Hieronder gaat het originele in het Frans.”

EDITORIAL

 Être solidaire aujourd’hui, c’est avoir de l’imagination … et nous restons demandeurs !

La solidarité exige de l’imagination pour réussir, surtout en ces temps où les besoins sont multiples. Nous avions décrit le mois passé la mobilisation d’un jumelage communal en Savoie, où les tartes-maisons et la belle brocante permettaient de soutenir des écoles et des puits au Burkina-Faso.

Même jumelage imaginatif à Bréhémont, nous dit un ami, financé par des contes, jazz, conférences.

Avec la visite d’Eugène Niyigena (de l’ONG rwandaise Aprojumap qui facilité le jumelage, et depuis 1 an habitant de Rusatira), nous avons d’autres exemples. L’Aprojumap crée son ‘centre de formation’ à Butare, qui évitera de louer ailleurs et pourra aussi être loué. Agnès Stiernet (qui a l’expérience de 30 ans de centre de santé au Rwanda) ajoute que peu de choses peut créer des revenus à terme, comme faire amener et planter par les jeunes des pousses d’arbres autour du centre.

L’ADA (ONG belge initiatrice de projets au Rwanda) améliore ses finances en récoltant et vendant du jus de pommes bio (5 € / litre, à commander à luceleflere@hotmail.com ).

L’Opération 11.11.11 soutient la production de méthane à partir de bouse de vache (voir VSF Vétérinaires sans Frontières www.lalibre.be/actu/movewithafrica/deux-vaches-pour-cuire-le-repas-5550255135704bb01c3bb4eb ).

Le 4 octobre aux Tarins, de 8h30 à 11h, notre commune, avec notre jumelage et le wereldwerkgroep soutiendra 11.11.11 avec des petits pains artisanaux du nord et des produits équitables du Sud.

Le chantier de solidarité à Rusatira-Kinazi reste ouvert, des ‘petits projets annuels’ [lire ici] jusqu’aux grands projets de lutte contre la pauvreté [lire ici]. Nous restons demandeurs d’imagination ! G.L.

↑ début de l’article ↑

Rapport de la réunion du 27 août :

 0pération 11.11.11 et préparation de la réunion avec Eugène Niyigena

Présents :Henri CANART, Arlette et Gilles LABEEUW, Monique LEBOUTTE, Josiane ROMPTEAU, Agnès STIERNET et Elodie VANDE PLAS, (chargée de campagne de l’opération 11.11.11 à Bruxelles)

Excusée :Karima SOUISS

1 Nouvelles de Rusatira, des étudiants parrainés

Reçu un e-mail de François Habimana, chargé du suivi des jumelages, répondant au mail de Gilles, ce dernier

lui envoyait un petit rapport de notre réunion du 29 juin et il l’informait des décisions prises concernant les petits projets et notamment l’aide à l’école de Kotana pour l’équipement en mobilier (chaises, tables et tableau) de son «laboratoire d’informatique» pour les 300 laptops reçus du gouvernement. François s’est rendu à l’école et à la suite de la discussion, la demande a été diminuée. Le jumelage paiera 61 chaises et 31 tables.

L’école va s’occuper de l’installation et autres pour que la salle soit bien rangée. Le ‘tableau’ qui est aussi mentionné est un tableau utilisé pour la projection des documents (qui peut se faire sur un mur ou toile) et n’est pas parmi les équipements mobiliers fabriqués localement, cet achat n’est donc pas prioritaire.

2. Opération 11.11.11 2015, thème : protection sociale pour tous

Elodie Vandeplas, chargée de campagne pour Bruxelles au CNCD était présente à notre réunion.

Elle nous a proposé son aide pour organiser l’opération 11.11.11, nos activités à Ganshoren seront mises sur le site du CNCD, elle nous a aussi parlé des animations organisées par le CNCD sur le thème de la campagne et sur la vente des produits 11.11.11 :

  • le jeudi 10 septembre à 14h au CNCD un après-midi d’échanges autour de la vente des produits 11.11.11 et de la récolte de fonds en général.
  • le vendredi 18 septembre à 20h à Saint Gilles (Pianofabriek) : tables rondes sur la protection sociale avec le CNCD et le NCOS. Ils proposent des tables de dialogue multilingue avec des personnes issues de tous les horizons, générations nationalités, secteurs d’activité différents. L’idée est de créer des espaces d’échange et de parole sur les enjeux sociaux du moment, les événements qui sont au cœur de notre actualité.
  • le samedi 3 octobre à partir de 17h à l’Ancienne Belgique « Fiesta social » organisée par le CNCD et le NCOS : soirée festive à destination du grand public avec des témoignages de partenaires du Sud sur la protection sociale. Concert de la chorale Buena vista social band (chorale militante), suivi du concert de Starflam avec Chicos y Mendez en 1ère partie. www.protectionsocial.be/fiestasocial
  • le samedi 17 octobre à WoluwéPyramide (12 av. Ariane) : soirée Electronique interdépendance : l’asbl interdépendance vous propose une soirée inoubliable au profit de l’Opération 11.11.11 dans un lieu hors du commun et de danser solidairement au son de la musique electro. www.cncd.be/interdependance
  • Le dimanche 29 novembre des membres du CNCD prennent le train pour Paris pour participer à la «Marche pour le Climat», grande manifestation pour une justice climatique avant l’ouverture de la COP21.

Pour tout renseignement supplémentaire consulter le site www.cncd.be

3. Préparation de la réunion avec Eugène Niyigena, coordinateur de l’APROJUMAP

Cette réunion est prévue pour le lundi 7 septembre à 19h15 à la Villa

Il faudra finaliser la convention entre l’APROJUMAP et notre comité, un texte a déjà été établi. Il faut ajouter un article concernant la durée de la convention et surtout fixer le montant à attribuer pour les frais de l’APROJUMAP. On parlera aussi du plan stratégique de l’APROJUMAP, plan très bien établi, mais seul le point 5 concernant les jumelages nous concerne.

4. Activités de septembre et d’octobre à Ganshoren

  • Marché annuel : l’horaire au stand est établi, en plus du sirop de maracuja et des arachides, on pourra manger des cookies et des brownies faits par Cécile.
  • petits déjeuners de la solidarité : la commande pour le petit magasin Oxfam a été faite.
  • l’écrivaine contactée pour une rencontre débat à la Villa a donné une réponse positive, reste à régler les modalités de cette rencontre.

↑ début de l’article ↑

Nouvelles de Rusatira-Kinazi :

 Réalisations de 3 premiers «petits projets» de 2015

François Habimana de l’Aprojumap, qui assure le suivi du jumelage, nous a envoyé le 4/9 un e-mail avec photos sur les petits projets soutenus en 2015 (les 3 premiers sur 5 soutenus pour 2015, cf. mensuel de mai).

«Je reviens envers vous pour vous présenter l’état d’avancement des petits projets financés dans le cadre du jumelage pour 2015. Deux projets sont déjà terminés.

32 pupitres - Ecole primaire de Kato {JPEG}

1. L’école primaire de Kato

est équipée de 32 pupitres

Ils se réjouissent de cette aide qui a facilité à la réduction d’un nombre d’élèves par pupitre, surtout au second cycle où au moins 2 élèves partagent un pupitre au lieu de 3 élèves ou 4.

Et cela permet aux apprenants de suivre aisément leurs leçons.

futur local pour jeunes filles - Ecole primaire de Nyagisenyi

2. Les travaux de construction d’un local réservé aux élèves filles de l’école primaire de Nyagisenyi

Ils sont toujours en cours jusqu’en mi-septembre.

Ce local est composé de 3 pièces [voir photo].

3. Le Groupe scolaire de Kinazi grâce au financement de 3 étagères a pu mettre en ordre une mini bibliothèque [photo] ».

Pour ce petit projet à Kinazi, nous avons aussi reçu le 7 juillet

une lettre de Monsieur Paul Bungutsemusaada, directeur du Groupe scolaire.

mini bibliothèque - Groupe scolaire de Kinazi

«Nous sommes très contents de pouvoir vous écrire cette lettre en vue de vous transmettre nos salutations et nos remerciements.

C’est encore une bonne occasion de vous mettre au courant de notre situation actuelle à notre école groupe scolaire de Kinazi.

Tout le monde va bien, le corps enseignant, les élèves. Nous tendons vers la fin du 2ème trimestre, d’ici peu de jours, nous serons déjà en vacances.

Dans nos lettres précédentes nous avons dit que nous attendions les résultats des élèves de 6ème secondaire (examen national). Cela a été vraiment bien, nos élèves ont bien travaillé et presque tous ont réussi […]

Chers amis nous vous remercions grandement pour avoir financé notre projet d’équipement de la bibliothèque de notre école avec 3 étagères en bois. […] Comme notre école a grandi, il a fallu chercher une bibliothèque. Après l’avoir trouvée, nous avons eu des difficultés pour l’équiper. Voilà que vous nous avez beaucoup aidés […]. Nous avons été tous très contents (élèves, enseignants, parents) […]

Nous vous saluons tous, dans le nom du seigneur. Que Dieu vous bénisse !»

↑ début de l’article ↑

 Réunion du 7 sept. avec Eugène Niyigena (Aprojumap), un humaniste de conviction,

facilitateur de projets & jumelages, qui veut développer ses partenariats.

Eugène Niyigena [1] remercie les présents, en rappelant le proverbe rwandais «la petite houe qui sarcle l’amitié, c’est le pied», autrement dit les visites mutuelles. Il a profité de sa participation au congrès international d’ATD Quart-Monde en France, pour venir en Belgique dans la zone Schengen, et visiter tous ses partenaires : 4 jumelages, Move with Africa, Entraide&Fraternité, Broederlijk Delen et quelques autres.

Le CV d’Eugène. Il a été d’abord instituteur (dans la même localité qu’Agnès Stiernet), puis responsable des projets auprès des scouts du Rwanda, et enfin responsable au Rwanda de l’ABR Association Belgique-Rwanda. Après le projet agricole PAB [2], pour répondre aux vœux de la coopération belge qui encourageait les partenariats du sud, il a créé l’APROJUMAP Association pour la promotion des jumelages et l’amitié entre les peuples.

L’APROJUMAP, ONG rwandaise : partenaire de l’ABR (rebaptisée ADA) a piloté les projets Amis d’ATD, PROVACEA, SOLIVES, puis REPRECO. Tous ces projets ont été inspiré de l’esprit d’ATD [3] c’est-à-dire la mise des gens ensemble pour mieux trouver des solutions à leur problèmes, en autonomie (self-help) et atteindre ainsi un certain niveau de dignité et de non-dépendance sur le plan économique. Le message de lutte contre la pauvreté, la problématique et la réussite des projets réalisés au Rwanda, grâce aux jumelages et à l’ADA ont ainsi été entendus en France.

C’est même devenu la spécialité de l’APROJUMAP : aller vers les personnes les plus vulnérables, rejetés et exclus, pour les aider à se mettre debout et à s’intégrer à la vie active. Il y a chaque semaine une réunion des ‘membres’ du projet pour décider des actions collectives (cultures, restauration de maisons, mutualités et tontines, formation à des activités génératrices de revenus dont Eugène offre un sous-plat : voir photo). Economiquement parlant cela va souvent lentement, mais humainement parlant cela va plus vite, car les gens se sentent soutenus et retrouvent ainsi de la dignité. En 2011, lorsque les gouvernement a décidé d’éliminer les maisons de torchis, le projet REPRECO a permis non seulement de construire Eugène Niyigena (APROJUMAP) nous offre un sous-platcollectivement des maisons en dur, mais aussi de les doter de ‘kitchen garden’[pour en savoir plus].

Les réponses aux questions. Eugène explique que l’APROJUMAP a actuellement terminé quelques grands projets (Repreco avec ADA, soutien scolaire à Kamonyi avec WSP), ce qui ramène son staff essentiellement à 4 personnes. Elle recherche de nouveaux projets de partenariats et de nouvelles idées, comme un centre de formation à Butare.

Il y a des progrès au Rwanda sur le plan social, des écoles et de la santé. Par exemple les mutuelles pour lesquelles les gens sont classés de A à F, les cotisations A étant payées à 100% par l’Etat, B à 33%, puis à 0% avec des cotisations augmentant avec le niveau de revenus de C à F. Les ambulances, nombreuses, sont gratuites pour les mutualisés.

Les Rwandais qui obtiennent un diplôme en Europe, sont tenus à exercer au pays lorsqu’ils ont une aide de l’Etat.

Bref nous avons rencontré un humaniste qui veut développer ses partenariats.

Et nous sommes partants, mais dans la mesure de nos moyens [4].

[1] L’occasion de rappeler qu’en kinyarwanda, on dit Niyiguena, avec un G dur, le langue rwandaise ayant été codifiée par les Allemands aux alentours de 1900. De même Cyanika (jumelée avec Kraainem) se dit Kyanika, et Eugène se dit parfois Euguène … mais pas toujours car la prononciation française a évidemment aussi influencé la langue.

[2] On trouve sur www.ganshoren-rusatira.be les détails des projets PAB etc, conduits avec 11.11.11 et DGD de 1998 à 2014.

[3] Voir le site belge http://www.atd-quartmonde.be/ et, pour les projets internationaux dans le sud, atd-quartmonde.org

[4] A noter que la convention de collaboration entre le Comité de Jumelage et l’APROJUMAP ne pose pas de problèmes selon Eugène.


Beginpagina | Contact | Overzicht van de site | |

De activiteit van de site opvolgen nl  De activiteit van de site opvolgen hier het laatste maandblad  De activiteit van de site opvolgen Archieven   ?

Site gebouwd met SPIP 2.1.26 + AHUNTSIC

Creative Commons License