Jumelage Ganshoren Rusatira
Het maandblad Jumelage nr 5 van zijn 33ste jaar

mei 2018

donderdag 17 mei 2018 door Webcomité

„sorry, dit artikel is niet vertaald; Hieronder gaat het originele in het Frans.”

EDITORIAL

 L’AFRIQUE NOUS PROPOSE DE BEAUX PROJETS DE SOLIDARITÉ

L’Afrique aujourd’hui a de multiples visages. Mais au-delà des zones de conflits ou de problèmes climatiques, où la communauté internationale n’est d’ailleurs pas toujours innocente, il y a aussi des actions de lutte et de développement pour plus d’humanité qui forcent l’admiration.

En Afrique même, de multiples projets participent à la lutte contre la pauvreté et les difficultés climatiques. Le projet LIVE est un de ceux-là.

Piloté par l’asbl belge ADA, soucieuse - son nom l’indique – de l’Auto-Développement en Afrique, réalisée par une asbl rwandaise, l’APROJUMAP – Association pour la PROmotion des JUMelage et l’Amitié entre les Peuples – le projet LIVE s’inspire de la philosophie d’ATD Quart Monde contre la pauvreté : amener les développements par la conscientisation des personnes démunies mêmes.

Une belle chaîne de solidarités, dont le premier bilan (le projet a commencé en 2017) est repris ici

En Europe comme en Afrique, d’autres projets visent la lutte pour la santé, heureusement et nécessairement prise en compte aujourd’hui au niveau mondial. La principale maladie génétique dans le monde est aujourd’hui la drépanocytose, qui dégrade les globules rouges avec un ravage de mortalité infantile. Dépistage, greffes, des pistes d’amélioration existent. Pour dé-stigmatiser et mobiliser, Joseph Ndwaniye a écrit un conte pour enfants, qui sera présenté le 17 juin (voir les infos:.

L’Afrique nous propose de beaux projets d’humanité, à nous d’y participer !

Gilles Labeeuw

Rapport de la réunion du 16/04/2018

 Etudiants parrainés, petits projets et activités à Ganshoren

Présents : Arlette et Gilles LABEEUW. Monique LEBOUTTE et Agnès STIERNET.

Excusés:Henri CANART, André DEMARQUE, Josiane ROMPTEAU et Karima SOUISS

1. Nouvelles de Rusatira, des étudiants parrainés et des boursiers

Nous avons reçu plusieurs e-mails de François Habimana, chargé du suivi des jumelages pour l’APROJUMAP, concernant les étudiants parrainés et les lettres de demandes et devis des petits projets. Nous attendons le rapport d’activité de 2017 et notamment le rapport sur le nouveau projet « LIVE ».

Etudiants parrainés

Reçu de François les photos des 7 nouveaux étudiants parrainés, des lettres des étudiants parrainés (17/20) et les résultats du 1er trimestre des 20 étudiants parrainés : 2 élèves sont en stage et n’ont pas un bulletin ordinaire une stagiaire a obtenu 39,8/40 !!; en général les résultats sont convenables et parfois très bons (2 ont obtenus dans les 80%, 2 dans les 70%, 7 dans les 60%, 6 dans les 50% et une 45%), cette dernière à promis de faire des efforts pour s’améliorer. Notre trésorier verse le minerval du 2ème trimestre pour les 20 étudiants soutenus, soit 1560 € ainsi que l’argent pour le repas de midi de 92 élèves dans le cadre du « feeding school », soit 595 €

2. Petits projets soutenus à Rusatira/Kinazi en 2018

Nous avons reçu 12 demandes de soutien de projets approuvés par le comité de jumelage rwandais, synthétisés par l’APROJUMAP, notre comité a discuté des différents projets, un membre nous a aidé pour les projets écrits en kinyarwanda, nous n’avons pas pu soutenir tous les projets (notalmment à cause du budget) Les projets suivants ont été retenus ;

  • Groupe scolaire de Kotana : Projet de protection de l’environnement en recueillant l’eau pluviale par l’installation de 2 citernes en plastique de 5 m3 (une de chaque côté du bâtiment), notre aide a été demandée pour remplacer une citerne cassée, percée, montant envoyé 775 €
  • Groupe scolaire de Buhimba : même type de projet, le ministère de l’éducation à donner 2 nouveaux bâtiments de 10 classes, l’école nous demande notre aide pour l’installation de 2 citernes de 10 m3, nous en payons 2 de 5m3, montant envoyé 775 €.
  • Lycée de Rusatira : soutien pour la fabrication de 40 bancs avec châssis métallique pour le réfectoire de l’internat fréquenté par 320 élèves, il y a des tables mais pas assez de bancs pour s’asseoir. L’école prend en charge 1/6 du coût total. Montant envoyé 970 €.
  • Groupe scolaire de Maza : soutien pour l’achat de 30 pupitres (la demande est plus importante). L’école manque de matériaux scolaires à cause de l’augmentation de la population (en tout 1143 élèves dont 54 en maternelle, 855 en primaire et 234 du 1er cycle de l’école secondaire et 27 enseignants !). Montant envoyé 875 €
  • Ecole primaire de Kimuna : soutien à la construction d’un local réservé aux filles. Un tiers des travaux est pris en charge par l’école. Montant envoyé 970 €.
  • Ecole primaire de Nyagisenyi : soutien pour l’achat de pupitres (30 sur les 37 demandés). Montant envoyé 875 €.

Projet en suspens : financement de pépinières d’arbres fruitiers à Rusatira Mucunda : pour ’éviter la malnutrition’ et ’permettre l’autofinancement’. Comme il y a des collaborations possibles avec les coopératives pilotées par l’Aprojumap le comité de Jumelage verserait plutôt l’argent aux coopératives d’Aprojumap pour aider les villageois pauvres de Mucunda à acquérir les plants fruitiers, en s’intégrant au projet du secteur. Le comité attend des informations complémentaires.

Un montant de 100 € est versé pour les frais de fonctionnement du comité local.

3. Activités prévues

  • Le dimanche 17 juin à 15h à la Villa : présentation du livre du dernier livre Joseph Ndwaniye (plus de détails ici, le comité cherche une activité pour enfants à programmer en même temps
  • Le dimanche 7 octobre aux Tarins : petits déjeuners de la solidarité Nord-Sud

Nouvelles de Rusatira/Kinazi

 LE PROJET ‘LIVE’ TOURNE DEPUIS 1 AN à RUSATIRA et KINAZI

Depuis un an, un nouveau projet social, LIVE (Lutte Intégrée contre la Vulnérabilité et l’Exclusion, cf Jumelage juin 2017), est réalisé par l’APROJUMAP dans 6 secteurs du sud du Rwanda liés par des jumelages, comme Rusatira et Kinazi. Le projet est piloté par l’ADA (Auto-Développement Afrique), avec l’appui des jumelages (nous intervenons pour 2.500 €), de l’Opération 11.11.11 (où notre Jumelage a récolté 3.016 € [1]), et surtout de la Coopération belge (cofinancement env. 85%).

Ce 4 mai, François Habimana de l’Aprojumap nous a envoyé un résumé, en voici quelques extraits :

> Dans les secteurs de Rusatira et Kinazi, l’APROJUMAP a travaillé avec 121 familles démunies regroupées en 4 pré-coopératives. Ces familles pauvres ont été sélectionnées entre elles lors des réunions populaires, en collaboration avec les administrations locales.

Des visites à domicile (1 par mois) sont effectuées dans chaque famille du projet et quelques autres, avec une attention aux personnes traumatisées.Ces visites concernent e.a. les questions d’hygiène :corps, habits, habitations, compostières, et crépissage des maisons contre les chiques, poux et puces.Viste à domicile

Des actions de solidarité (1/semaine) sont prévues pour l’agriculture et la fabrication de briques adobe pour bâtir toilettes et chèvreries.Actions de solidarité

Des formations sont faites en agri-élevage, avec champs communs, suivi, construction de kitchen gardens (potagers), plantation d’ arbres fruitiers tels avocatiers, citronniers, maracujaagri-élevage

Des formations aux droits de l’homme sont faites, y compris le droit des enfants (nécessité d’enregistrement à l’état civil, scolarisation), le droit de la femme, le droit foncier, etc.droits de l'homme

Les activités réalisées montrent une progression des bénéficiaires dans la recherche de solutions.

Le plaidoyer ainsi que les actions du projet se poursuivent et il y a l’espoir de sortir progressivement de la situation précaire dans laquelle vivaient ces bénéficiaires.

PLUS FORT QUE LA HYENE, de Joseph NDWANIYE

 Un livre qui raconte l’histoire d’un enfant atteint de drépanocytose. Il sera présenté aux enfants, aux parents (et grands-parents) le dimanche 17 juin à 15h à La Villa

Joseph Ndwaniyé Joseph Ndwaniye : Les sympathisants du Jumelage connaissent déjà Joseph Ndwaniye, cet écrivain belgo-rwandais habitant Ganshoren, qui a si bien décrit son pays natal dans ses deux premiers romans, ’La Promesse faite à ma Sœur’ et ’Le Muzungu mangeur d’hommes’, repris au panneau 12 de la Promenade de la Solidarité Nord-Sud (au coin de la rue Sorensen et de la rue Beeckmans).

Joseph Ndwaniye est aussi un infirmier spécialisé en oncologie et travaille à l’hôpital universitaire Saint-Luc de Bruxelles. Il a un excellent contact avec les enfants et se soucie du développement de l’Afrique où il est né.

La drépanocytose : c’est l’une des maladies génétiques les plus répandues dans le monde mais aussi la moins connue du grand public. Elle affecte les globules rouges, les cellules de notre sang qui servent à transporter l’oxygène des poumons vers les organes. Cette maladie est particulièrement fréquente en Afrique subsaharienne (noire), autour de la Méditerranée et en Inde. Mais elle est aussi présente en Europe, en Amérique du Nord, du Sud et ailleurs dans le monde [2].

‘Plus fort que la hyène’ est un conte qui parle du lien entre un grand-père et son petit-fils Gato, et qui s’adresse directement aux enfants touchés par cette maladie ainsi qu’à leur famille. Le conte permet ainsi à Joseph NDWANIYE d’échanger avec le lecteur sur les manifestations et traitements actuels de cette maladie. Il permet le questionnement des uns et des autres. Le parcours de cet enfant nous fait prendre conscience de la force en chacun de nous pour combattre la maladie.

Joseph Ndwaniye viendra présenter son livreà la Villa, le dimanche 17 juin, à 15h,au cours d’une après-mididestinée aux enfants, parents et grands-parentsavec animation et possibilité de goûter(entrée libre, goûter payant, réservation souhaitée)

PLUS FORT QUE LA HYENE

[1] Ce montant avec les autres récoltes de l’ADA (Kraainem, Waterloo) est en principe multiplié par 4 par le CNCD et le CWBI, et reversé à l’ADA.

[2] La drépanocytose touche 310 000 naissances/an, dont 80% en Afrique //fr.wikipedia.org/wiki/Drépanocytose#Afrique

Elle se transmet de manière autosomique récessive : deux parents porteurs mais ‘sains’ ou ‘SA’ (= 1 gène sain A + 1 dégradé S), ont donc en moyenne sur 4 enfants : 1 sain (‘AA’), 1 malade (‘SS’) et 2 porteurs (‘SA’).

Si le dépistage des parents est possible (au Royaume-Uni par ex.), le traitement consiste surtout à pouvoir supporter les crises de maladies infectieuses engendrées par la dégradation des globules. C’est très coûteux, il y a beaucoup de mortalité infantile en Afrique. La greffe de moelle osseuse est aujourd’hui le traitement le plus efficace.

La drépanocytose a été fort stigmatisée lorsque méconnue (cf fin d’article wikipedia) mais est aujourd’hui plus étudiée.

Ainsi au Rwanda, où la drépanocytose est peu présente (moins de 0,1%), l’Université de Kigali s’intéresse à la situation au Burundi, où elle est fort active, voir //fr.igihe.com/l-investisseur/la-drepanocytose-emporte-plus-de-13-000-enfants

On peut voir l’action contre la drépanocytose comme la suite logique des nombreuses actions pour la santé entreprises au niveau mondial, depuis celles contre la lèpre (action Damien), l’action contre le sida-VIH, le cancer (le Rwanda a ouvert un hôpital spécialisé à Butaro dans le nord, où est soignée la maman d’un jeune parrainé du Jumelage) et même la lutte contre le virus de la grippe qui parcourt la Terre du nord au sud selon la saison.


Beginpagina | Contact | Overzicht van de site | |

De activiteit van de site opvolgen nl  De activiteit van de site opvolgen hier het laatste maandblad   ?

Site gebouwd met SPIP 2.1.26 + AHUNTSIC

Creative Commons License