Jumelage Ganshoren Rusatira
34ème année – n° 5

mai 2019

mercredi 8 mai 2019 par Webcomité

EDITORIAL

 DES RENCONTRES POUR MIEUX CONNAÎTRE, SOUTENIR ET COMPRENDRE LE SUD !

Ce printemps est pour le Jumelage une saison de rencontres.

Ce 30 avril, nous avons reçu à Ganshoren une délégation enthousiaste du voyage scolaire à Rusatira, conduite par Gwenaëlle (petite-fille du créateur du jumelage en 1972), devant 17 spectateurs attentifs y compris notre bourgmestre.

Ce que ces jeunes ont vu, les gens qu’ils ont rencontrés, les actions auxquelles ils ont participé – e. a. projet LIVE - tout cela nous a fort ému… mais pas autant qu’eux, car leurs témoignages montraient leur grand investissement personnel

affiche LENDEMAINS INCERTAINS

Vous les verrez ici avec quelques photos souvenir,

et la situation du projet LIVE après de 2 années de lutte contre la pauvreté.

Ce 19 mai, nous aurons une autre rencontre pour tenter de saisir les enjeux dans l’Afrique des Grands Lacs.

Le splendide film du réalisateur burundais Eddy Munyneza (qui sera présent) parle des craintes et espoirs de la population au Burundi, du rôle fédérateur de la culture, et du rôle du père dans sa famille réfugiée au Rwanda.

Un grand moment, résumé dans l’affiche ci-contre.

Pour suivre le Sud, rendez-vous ce 19 mai, à 15h, à La Villa !

Rapport de la réunion du comité du 15/04/2019

 Soutien aux étudiants de Rusatira, et activités à Ganshoren

Présents : Abderrahim CHERKE, Arlette et Gilles LABEEUW, Monique LEBOUTTE, Josiane ROMPTEAU et Jacques VAN NECK

Excusées :Micheline BACHEMAJER et Agnès STIERNET]

1. Nouvelles de Rusatira/Kinazi

Reçu un e-mail de Isabelle Muhorakeye, présidente du comité de jumelage, nous remerciant pour le petit matériel pour les écoles amené par Gwenaëlle et ses élèves.

Versements à faire par le trésorier :

  • minerval du 2ème trimestre pour les 23 élèves parrainés soit 1.840.000 FRW (+/- 1840 €)
  • paiement du 2ème trimestre du repas obligatoire de midi, 92 élèves soit 609.000 FRW (+/- 609€)
  • paiement à l’APROJUMAP pour le suivi du jumelage soit 2000€

2. Bilan de la soirée du jumelage avec le spectacle de Pie Tshiebanda

Bilan positif. Accueil chaleureux, bonne organisation, nombreux bénévoles dont Gwenaëlle et 5 de ses élèves qui partaient en voyage scolaire au Rwanda, donc moins de travail et de stress pour les organisateurs, en général les personnes ont bien apprécié le spectacle, bon retour de tous. Il y a eu +/- 160 spectateurs (+ bénévoles) et un bénéfice de 3300 €. Le comité remercie la commune et plus particulièrement le service de la solidarité pour son soutien financier et pour l’aide de sa responsable Catherine ainsi que tous les bénévoles et particulièrement les jeunes.

3. Nouvelles du voyage scolaire de Gwenaëlle et ses élèves au Rwanda

Deux membres du comité ont amené à l’école de Gwenaëlle tout le matériel et courrier que les élèves et Gwenaëlle emmèneront leur de leur voyage scolaire au Rwanda : des bougies et une carte avec un petit d’encouragement signé par les membres du comité pour chaque famille bénéficiaire du projet social « LIVE » ainsi que quelques sacs, cartables et autres choses utiles ; des petites friandises bien belges pour les membres du comité ; un peu de matériel scolaire pour chacune des 17 écoles de Rusatira/Kinazi. (compas, équerres, rapporteurs et lattes pour le tableau, ballons de football, mappemondes gonflables, posters didactiques, et 2500 bics récoltés partout à Ganshoren).

Nous n’avons pas encore reçu de nouvelles directes du voyage, sauf les photos du Facebook de l’APROJUMAP, apparemment tout se passe bien. Nous en saurons plus le 30 avril (voir ci-dessous).

4. Préparation des activités à Ganshoren en avril, mai et juin et rendez-vous via le mensuel

A/ Récit du voyage à Rusatira-Kinazi et au Rwanda de Gwenaëlle et des jeunes (30 avril) :

Projection de photos et échanges avec les jeunes, suivi d’un verre de l’amitié (sirop de maracuja, arachides grillées, chips de bananes plantin, préparation par A.L. aidée par J et F VN).

B/ Film burundais « Lendemains incertains » (19 mai) avec le réalisateur d’Eddy Munyneza.

Film déjà présenté à la RTBF et Berchem. G.L. prépare des affiches et flyers à placer aux endroits habituels. Une invitation sera faite aux membres du Collège du bourgmestre et échevins et aux conseillers communaux. Questions -réponses après le film et verre de l’amitié avec des arachides.

C/ Stand Fête de l’Environnement (30 juin 12-18h) marais de Ganshoren [rue au Bois, face cimetière]

Le service « Environnement » de la commune nous a contacté pour que notre comité participe à cette journée. Cet événement draine surtout un public familial. Comme les années précédentes, il y aura des activités pour les enfants et les adultes sur diverses thématiques : nature, biodiversité, zéro déchet, etc… Notre comité sera présent avec des panneaux (et si possible activité enfants) ; cycle de l’eau, agroécologie utilisée dans le projet social « LIVE » à Rusatira/Kinazi.

D/ Visite du Musée de Tervuren : L’AfricaMuseum vient de rouvrir après rénovation, avec une nouvelle muséographie qui rompt avec l’esprit colonial, des activités pour enfants et un restaurant. Un article de notre ’envoyé spécial-sympathisant’ sera présenté dans le prochain journal.

 ’LE’ VOYAGE SCOLAIRE DE 25 JEUNES à RUSATIRA-KINAZI (30 mars - 8 avril)

Une SOIRÉE PHOTOS avec des TÉMOIGNAGES TRÈS ÈMOUVANTS !

Ils sont venus en nombre à Ganshoren ce 30 avril, avec Gwenaëlle, petite-fille de Guy Demanet créateur du jumelage en 1972, pour parler de ‘leur’ voyage. Emmenés par leurs profs (Gwen anglais, Laureline maths), Kubra, Sacha, Eva, Adrian, Capucine, sont venus à 5 avec des témoignages forts.

Arrivée à Kigali, visite au mémorial du génocide, petit tour à l’Aprojumap et au lac Kivu

Arrivée à la tombée de la nuit, logement chez des religieuses. La visite du mémorial du génocide, dès le lendemain, était un départ très dur – surtout les photos d’enfants - mais nécessaire pour comprendre le passé, les souffrances, et pouvoir approcher les personnes sans faire de gaffes.

Visite des locaux de l’Aprojumap – l’ONG facilitatrice des jumelages, puis petite croisière au lac ivu.

Immersion dans le projet LIVE c’est ici en construisant une maison de ‘pauvres des pauvres’

Des découvertes incroyables pour les jeunes : maisons en briques de terre (adobe) moulées et sèches le lendemain, sans vitres, avec le foyer enfumant au milieu de la pièce.

maison de 'pauvres des pauvres' travail communautaire - les enfants

Découverte du travail communautaire des démunis : réunion d’organisation le lundi, mobilisation de tout le village, beaucoup d’enfants enthousiastes, les grands enfants qui portent les petits, danses joyeuses le soir.

Découverte de l’accueil chaleureux des gens, qui ouvrent leurs maisons, et se disent ‘honorés d’être visités’

Match de foot mixte, réceptions à Rusatira et Huye, parc de l’Akagera, et ambassade

L’équipe de filles rwandaises a gagné 3-1, mais les 25 se sont bien défendus au concours de danse. Ils ont été reçu à Mbazi, Huye, Rusatira (centre de santé), ont pu se détendre au parc de l’Akagera (éléphants, girafes) et à des rencontres préolympiques. Réception finale à l’ambassade de Belgique.

match de foot mixte Réception à Hué parc de l'Akagera

Les questions, notamment sur la préparation pratique et les points marquants

  • coût par élève ? 1.100 € = 800 € par la famille (comme les autres voyages de rhéto) + 200 € par actions collectives (car-wash, gaufres, tee-shirts) + 100 € d’actions individuelles (baby-sittings…)
  • ce qui les a fort marqués ? la construction des briques du projet LIVE, l’accueil des gens, les rencontres d’enfants et jeunes, comme ce jeune de 15 ans, faible au point d’en paraître 10, qui ne peut payer son école.

Le bourgmestre P. Kompany dialogue avec Gwenaëlle

↑ début de l’article ↑

NOUVELLES de RUSATIRA/KINAZI

 LE PROJET SOCIAL ‘LIVE’ : 2ème ANNEE DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE

Le projet Live (Lutte Intégrée contre la Vulnérabilité et l’Exclusion, 2017-2022) achève sa 2ème année. En voici le bilan pour Rusatira-Kinazi, jumelés avec Ganshoren (extrait du rapport de l’Aprojumap), sachant que le projet concerne aussi les secteurs Mbazi-Simbi, jumelés avec Woluwe-St-Lambert, et Cyanika, jumelé avec Kraainem.

Rappelons cf Jumelage mai 2018 que le projet concerne directement 121 familles en pauvreté extrême de Rusatira-Kinazi, soit 600 personnes, et indirectement 1200 autres personnes (via les coopératives, l’exemple …).

C’est le 4ème projet social soutenu par le jumelage depuis 2005, après Amis d’ATD, SOLIVES, REPRECO.

Le ‘Jumelage’ de juin 2014 montrait les résultats de REPRECO, où sur 1502 ménages l’extrême précarité avait chuté de 30% à 3%.

ménages pauvres - les stats

Mais il y a encore du travail, car l’extrême pauvreté au Rwanda touchait en 2017 encore 16% des ménages (pour 40% en 2000 [cf ci-contre l’extrait du Rwanda Statistical Yearbook 2018], soit près de 2.000 ménages à Rusatira-Kinazi (estimation).

Réunions de sensibilisation et visites à domicile

Chaque mois, une réunion a été réalisée pour les 4 groupements ’pré-coopératifs’, avec 1 réunion par trimestre par secteur. Les sensibilisations concernaient la vie coopérative, l’hygiène, la fréquentation des centres de santé (maladies, vaccinations, dépistage du VIH, planning familial, consultation prénatale, adhésion à la mutuelle de santé), la résolution des conflits éventuels entre bénéficiaires, l’organisation de tontines de crédit mutuel, les prêts de chèvres, la planification des actions de solidarité.

En outre, une sensibilisation sur l’agri-élevage a parlé des cultures vivrières et l’utilisation des kitchens-gardens pour garantir l’autosuffisance alimentaire et une alimentation équilibrée.

Ces réunions ont été complétées par une visite par mois et par famille bénéficiaire sur la mise en pratique des théories reçues lors des réunions et formations.

Actions de solidarité des bénéficiaires

fosses antiérosives

Ces actions collectives ont permis de réaliser les travaux quasi-impossibles pour des ménages individuels, comme le creusement des fosses des toilettes, le crépissage des maisons et annexes de chèvrerie-cuisine, les travaux champêtres (labour, arrosage, lutte antiérosive), la fabrication des briques adobes pour les maisons des sans-abris, le creusement de fosses antiérosifs [photo] et entretien des vergers familiaux.

Activités d’élevage et d’agriculture

Pour l’élevage, l’accent a été mis sur les solutions collectives : construction de centres de monte, achat et gestion de boucs reproducteurs, formation d’encadreurs relais.

Pour l’agriculture, 121 bénéficiaires ont été formés aux techniques d’amélioration des sols : creusement de fossés anti érosifs, plantation sur les limites de champs d’arbustes légumineux protecteurs du sol et fixateurs d’azote (calliandra, sesbania) et de graminées fourragères (penisetum). La formation a concerné tant les parcelles individuelles que communes.

En outre, les bénéficiaires ont été formés pour le début de la campagne culturale : préparation du sol, fertilisation organique et minérale, semis en ligne (maïs, haricot), intégration de l’agriculture à la foresterie, valorisation des pailles de récolte, soins des cultures et lutte phytosanitaire, distribution de semences sélectionnées pour les ménage (3 kg haricots) et pour les champs collectifs (haricot nain, maïs, avec engrais minéraux et pesticides).

lutte phytosanitaire

Les encadreurs-relais (2 par groupement) ont été équipés : vélos, salopettes, bottes, pulvérisateurs, masques buccales, vermifuges et acaricides. Leur travail a été suivi par l’équipe technique du projet, surtout pour la lutte contre les parasites (tiques, vers), pour l’alimentation des caprins, porcs et lapins, pour la lutte phytosanitaire [photo], pour la production du fumier par compostage, et pour la viabilisation des kitchens-gardens.

↑ début de l’article ↑


Accueil du site | Contact | Plan du site | |

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site notre mensuel est ici   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.26 + AHUNTSIC

Creative Commons License