Jumelage Ganshoren Rusatira
34ème année – n° 6

juin 2019

lundi 10 juin 2019 par Webcomité

EDITORIAL

 AVEC LE JUMELAGE, REDECOUVRIR L’AFRIQUE D’AUJOURD’HUI !

Dans les buts du Jumelage, il y a aider l’entité de Rusatira-Kinazi dans son développement socio-économique, mais aussi les échanges culturels et amicaux à tous niveaux entre les populations.

L’histoire du jumelage retiendra que ces échanges ont été très fructueux au printemps et en été 2019 !

D’abord avec le voyage scolaire à Rusatira de 25 jeunes avec leurs profs Gwenaëlle et Laureline. Ils participent au projet social LIVE (voir ‘Jumelage’ de mai), mais constatent aussi que depuis 2011, Kigali s’est considérablement développée, comme une grande ville bien entretenue et propre, mais chère pour certains.

La distribution de ces colis aux écoles le 8 mai a été un grand moment d’échange (voir ici).

Ce 19 mai, avec près de 30 spectateurs, nous avons vu le film ‘Lendemains Incertains’ sur le Burundi. Dans la grave situation du Burundi, nous avons découvert qu’on y trouve des journalistes et réalisateurs de films, que les techniques modernes sont bien présentes, et que les idées passent les frontières.

On verra dans ce journal (ici->#MTR]) que le musée de Tervuren s’est aussi ouvert à cette nouvelle Afrique, avec une démarche critique vis-à-vis du passé colonial, et l’ouverture aux jeunes artistes africains. Une visite est envisagée.

Ce dimanche 30 juin, de 12h à 18h, le jumelage sera présent à la fête de l’environnement, à l’entrée du marais de Ganshoren (parking du cimetière, rue au Bois). Des jeux pour enfants et des panneaux montreront les enjeux environnementaux à Rusatira (avec le projet social LIVE) et au Rwanda.

Nous parlerons de la disparition inquiétante des arbres, mais aussi de l’action des écoles via notamment le rôle des arbres dans le cycle de l’eau (voir ‘Jumelage’ de mars).

Nous parlerons des sacs en plastique, jadis présents et dangereux (les chèvres les léchaient et mourraient étouffées) et aujourd’hui interdits au Rwanda, pour les habitants comme pour les étrangers (voir la première photo).

Ce 30 juin, on vous attend rue au Bois pour parler de l’Afrique d’aujourd’hui soucieuse d’environnement !

Gilles Labeeuw

Rapport de la réunion du comité du 13/05/2019

 Choix des petits projets 2019 soutenus à Rusatira, et activités à Ganshoren

Présents : Abderrahim CHERKE, Arlette et Gilles LABEEUW, Monique LEBOUTTE, Agnès STIERNET et Jacques VAN NECK

Excusée:Josiane ROMPTEAU

1. Nouvelles de Rusatira/Kinazi

- e-mail de la comptable, Fida de l’APROJUMAP avec les pièces justificatives des dépenses faites à Rusatira.

- un mail de la présidente du comité Isabelle et 2 mails de François concernant les petits projets.

- un mail de François concernant la distribution envoyé par Ganshoren à Rusatira via Gwenaëlle (c’est ici).

  • Etudiants parrainés : reçu les résultats du 1er trimestre des étudiants parrainés et 14 lettres surtout des remerciements. Une étudiante a obtenu 45%, 7 ont dans les 50%, 6 ont dans les 60%, 7 ont obtenu dans les 70% et 2 élèves ont obtenu dans les 80%.

2.Suite du voyage de Gwenaëlle et ses élèves au Rwanda

Soirée rencontre du 30 avril (voir journal jumelage n° 5). Un power point concernant ce voyage est disponible, le comité envisage de faire une petite séance d’information avec ce montage auprès des jeunes de Ganshoren, écoles, mouvements de jeunesse (un contact avec l’athénée).

3. Choix des petits projets

Le comité a reçu 6 demandes de petits projets à soutenir. Vu que la commune de Ganshoren intervient dorénavant pour soutenir le projet LIVE (3.000 €, le président a déjà remercié les protagonistes qui ont répondu à notre demande fin 2017), 5 petits projets pourront être soutenus comme jadis. Il s’agit de :

  • Equipement du poste de santé de Mwendo : nouveau poste est éloigné des centres de santé de Rusatira et Rwaniro, il y manque du matériel. Ce poste fait aussi des accouchements, des consultations pré et post natales, le planning familial, des hospitalisations. Matériel demande : 12 lits, 12 matelas, une table d’examen, une table gynécologique, tensiomètre, stéthoscope, filtre à eau, le comité paie la totalité du matériel demandé soit 1.669.000 FRW ou 1669 €, le centre de santé s’occupe du transport.
  • Installation d’une citerne à l’école secondaire de Kiruhura : tous les bâtiments ne disposent pas d’une citerne pour recueillir l’eau de pluie, « cela provoque des conséquences sur l’environnement alors que les élèves en ont besoin pour les nettoyages » Coût total du projet 1.900.000 FRW (1900 €) ; le comité verse 1.500 €, l’école prenant en charge le transport, l’installation et une partie des fondations.
  • Construction d’un espace réservé aux filles au groupe scolaire de Buhimba : construction d’un local réservé aux élèves filles à l’âge de l’adolescence pour une bonne hygiène, ce local contiendra 2 lits pour aider les élèves qui ont de graves problèmes, des tables, des chaises ou bancs, stockage de petit matériel de l’hygiène (des papiers hygiéniques et serviettes hygiéniques, savons, essuie-mains …). Coût total du projet 1.493.990 FRW (1494 €), la participation de l’école est de 294 €, le comité verse 1200 €.
  • Construction de latrines à l’école primaire de Kiruhura : vu le grand nombre d’élèves, il manque des latrines pour mieux assurer l’hygiène des élèves et des enseignants, les latrines sont communes aux élèves et aux enseignants. L’école nous demande notre soutien pour la construction de 4 latrines. Coût total 2.137.000 FRW (2173 €). L’école propose de participer pour 25% aux frais soit 534 €, il resterait 1603 €, le comité trouve le devis assez élevé par rapport à des projets similaires et verse 1200€
  • Equipement en mobilier pour le groupe scolaire de Maza :grande école avec 1289 élèves et 28 enseignants, l’école utilise beaucoup de livres, mais la façon de les garder n’est pas bonne. L’école a besoin de 20 étagères et 28 chaises pour faciliter les enseignants à préparer leurs leçons dans de bonnes conditions. Prix total 1.840.000 FRW (1840 €). Participation de l’école 340 € ; le comité verse 1500 € Le 6e projet (construction d’un local réservé aux filles à l’école primaire de Mugogwe) ne sera pas soutenu en 2019 car le montant est trop élevé comparé aux projets semblables que nous avons des limites à notre budget.

4. Film, rencontres et activités de printemps-été

19 mai : projection du film burundais « Lendemains Incertains » : le réalisateur Eddy Munyaneza a confirmé sa présence et envoyé le film. La projection sera suivie d’un échange avec le réalisateur, puis suivie du verre de l’amitié avec notamment du sirop de maracuja, des arachides et des chips de banane plantain, grâce à A.L.

30 juin : stand à la Fête de l’Environnement (au cimetière) sur l’écologie et le projet LIVE, et jeux pour enfants

Septembre : diverses idées en préparation (visite du musée de Tervuren voir ci-dessous, film ‘les cornes de la vache’…)

 À DECOUVRIR : LE MUSÉE DE TERVUREN RÉNOVÉ,

pour ne plus confondre le bonobo et le chimpanzé

ACTIVITES POUR ENFANTS, RESTAURANT et DEMARCHE CRITIQUE VIS-A-VIS DU PASSE COLONIAL,

le reportage de notre correspondant-sympathisant Alain Broes

Fermé depuis 2013, l’Africa-Museum vient de rouvrir.

Le bâtiment rénové(photo LaLibre)

Le bâtiment a été complètement rénové dans le respect de l’architecture d’origine : anciennes vitrines conservées, redécouverte de la décoration murale d’origine Art nouveau après un décapage minutieux. De plus, une nouvelle aile reprend les services (billetterie, restaurant, shop, salles didactiques d’introduction au musée…) séparée par un (trop) long couloir dans l’axe duquel est exposée la fameuse pirogue qui a accueilli Léopold III lors de son voyage en Afrique en 1957, et qui y a été placée … avant la construction de la nouvelle toiture ! Difficile à dérober.

La présentation de toutes ces richesses, très didactique – suivant les principes muséographiques contemporains - a été restructurée autour des thèmes suivants :

  • Une longue histoire
  • Histoire coloniale et indépendance
  • L’historique salle des crocodiles
  • Rituels et cérémonies
  • Les ressources (minières, ivoire, caoutchouc…) qui avaient attiré Léopold II
  • Paysages et diversité
  • Langues et musiques

En sortant du musée, vous ne confondrez plus le bonobo et le chimpanzé, vous aurez appris que le gorille est plutôt affectueux mais que la girafe – qui boit peu – peut être dangereuse, que les feux de savane sont nécessaires pour régénérer la terre, que l’hippopotame à l’apparence lourdaude peut faire des pointes de 50 km/h, …

Et vous aurez appris qu’au 16e siècle, il y avait un royaume le long des côtes qui s’appelait Kongo. Ce royaume a subsisté assez longtemps, et avait des liens avec l’esclavagisme.

Emmenez vos enfants et petits-enfants car il leur est proposé quelques activités didactiques tout en étant ludiques. Ils seront ébahis devant les animaux empaillés.

On ne perdra pas de vue que le musée est avant tout une institution scientifique qui étend ses travaux sur plus de 20 pays de l’Afrique noire. Il est un centre de formation pour les collaborateurs des musées de ces pays (environ 130 par an).

Nouveau soufle ou le Congo bourgeonnant

Dans cet esprit, il a voulu initier une démarche critique vis-à-vis du passé colonial de la Belgique. Certaines statues peu flatteuses pour les populations de ces pays ont ainsi été mises en quarantaine dans une salle séparée de la nouvelle aile (et plus dans le musée proprement dit).

A leur place, des œuvres d’art moderne parsèment le parcours muséal. Dans la rotonde, nous avons apprécié l’œuvre moderne en bois et bronze « Nouveau souffle ou le Congo bourgeonnant », qui invite le visiteur et le peuple africain à aller de l’avant [photo ci-contre].

Voilà nos impressions d’une première visite. Mais une seconde, voire une troisième visite seront nécessaires.

Et nous qui portons le Rwanda plus spécialement dans nos cœurs, nous n’avons pas trouvé de prime abord une salle ou une partie de salle consacrée spécifiquement au Rwanda, parce que l’approche du nouveau musée est avant tout régionale, avec un accent très fort sur le Congo.

NOUVELLES de RUSATIRA/KINAZI

 LE MATÉRIEL & BICS DE GANSHOREN ONT ÉTÉ DISTRIBUÉS AUX ÉCOLES

Le 8 mai dernier était un grand jour à Rusatira-Kinazi.

Les directeurs des 16 écoles (9 écoles primaires, 5 groupes scolaires maternelles+primaires+secondaires-inférieurs, 2 écoles. secondaires) et des bénéficiaires du projet social LIVE étaient réunis pour recevoir le matériel scolaire et autres reçus du jumelage de Ganshoren. Ce matériel avait été amené grâce au voyage scolaire de 25 jeunes avec Gwenaëlle Legrand (voir Ganshoren-Info précédent), et la distribution était organisé par l’Aprojumap, l’ONG rwandaise qui aide le jumelage.

Eugène Niyigena d’Aprojumap a transmis aux participants les salutations de leurs amis de Ganshoren, en les remerciant pour la bonne marche des réalisations du jumelage.

Les autorités des secteurs se sont félicitées du jumelage avec Ganshoren. Ils ont redit leur volonté d’améliorer la condition de vie des ménages pauvres grâce à cet appui.

Les directeurs des écoles ont dit leur satisfaction du matériel scolaire fourni (y compris plus de 2.500 bics), ainsi que les ballons de football, utiles à l’initiation sportive.

Les bénéficiaires du projet social LIVE étaient très heureux d’avoir des amis qui pensent souvent à eux et qui les encouragent dans leurs activités quotidiennes.

remise de matériel scolaire

La présidente du comité de jumelage remet à un directeur d’école le matériel scolaire et les bics. (dans un sac en toile cirée, car les sacs plastiques sont interdits au Rwanda pour protéger l’environnement)

Madame Libérée reçoit des cadeaux symboliques

La secrétaire exécutive (maire) de Kinazi remet symboliquement une bougie et une carte de vœux à Libérée du projet LIVE (dame pauvre dont les 25 jeunes belges ont aidé à construire la maison)


Accueil du site | Contact | Plan du site | |

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site notre mensuel est ici   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.26 + AHUNTSIC

Creative Commons License